Comment j’y ai retrouvé mon enfant !

Ah les enfants, toute une aventure…

Un voyage scolaire était organisé pour aller dans un parc animalier pendant toute une journée. Quelques jours avant ce périple, mon fils, alors âgé de 10 ans, m’avait demandé de lui prêter l’appareil photo. Pour moi ce n’était pas un soucis du moment qu’il y faisait bien attention et surtout qu’il ne le perde pas.

Tout va bien, le jour « J » arrive, préparation du sac à dos, des sandwichs, des boissons, d’un T-shirt de rechange et nous voilà en route pour attraper le car, à l’entrée de l’école. Il démarrait à 8h30.

Ils s’en vont et je reprend la route pour aller au travail. A 9h45, mon fils m’envoie un sms pour me dire qu’il a oublié l’appareil photo dans sa chambre et qu’il voulait vraiment avoir des souvenirs de cette journée.

Je fais demi-tour, direction la maison. Attrape l’appareil photo et prend la direction du parc animalier. Heureusement pour moi, il était presque sur le chemin du travail.

J’arrive à l’entrée, demande au guichetier : »Bonjour Monsieur, puis-je entrer ? C’est juste pour donner l’appareil photo à mon fils qui est arrivé un peu plus tôt avec l’école… »

Il me regarde de travers, et me répond d’un ton cassant : « L’entrée est payante ! 38€ pour les adultes »

Je me dis intérieurement : « Mince alors, juste pour un appareil photo, c’est cher payé » mais je ne veux pas me laisser faire.

Je lui réponds : « Monsieur, s’il vous plait, je ne fais qu’un aller-retour pour le lui donner. Je ne compte pas visiter le parc. Je dois aller travailler. »

Une dame s’approche, elle porte un badge et semble être responsable des entrées. Elle me dit :  » Chère madame, je ne sais pas comment vous aller faire, c’est un parc de 45 hectares ! Il y plein de groupes d’enfants aujourd’hui. Je vous donne 10 minutes, vous pouvez y aller. Mais d’abord laissez-moi votre carte d’identité et un numéro de téléphone. »

Trop contente qu’elle accepte de me laisser entrer, je lui donne ce qu’elle demande et file dans le parc, en courant. Je me retourne pour lui dire merci et aussi :  » Ne vous inquiétez pas pour moi, je vais le retrouver ! »

Je vais à gauche, à droite, scrute le moindre groupe d’enfant. Je ne vois ni mon fils, ni sa classe. Je pense alors que 45 hectares, c’est vraiment grand et que peut-être cette dame avait raison…

En même temps, je sens monter au fond de moi…une intuition…qui prend tout à coup une place immense et me fais m’arrêter. Je m’assois sur un banc.

Je repense au stage de communication animale suivit en début d’année. Ah mais oui, si je tentais l’expérience…on ne sait jamais, je n’ai rien à perdre. Si ça marche tant mieux, si ça ne marche pas, je fais demi-tour et tans pis pour l’appareil photo…

Ok ! Je me calme, respire profondément, fais abstraction des bruits alentours. Je visualise mon fils, son visage, je le ressens très fort comme s’il était à côté de moi. Quand c’est fait, je lui dis, toujours dans ma visualisation bien-sûr : « Bonjour mon grand, je suis à l’entrée du parc, peux-tu me montrer où tu es afin que je te retrouve ? Merci « 

Après quelques secondes, une image me vient. Aussi clair que si j’avais les yeux ouverts. Cette image me montre un panneau de bois qui indique une entrée avec l’inscription en peinture blanche : ASIE.

J’ouvre les yeux. Autour de moi, je ne vois pas ce panneau. Aussi, je me dirige vers l’endroit où se trouve le plan du parc. Je cherche la partie où se trouve l’Asie. Je marche dans cette direction. Au moment où je suis arrivée à destination, je lève les yeux et au-dessus de ma tête, je vois le panneau qui était apparu dans ma visualisation…

Je me retourne, et là…je suis nez à nez avec mon fils ! Il me regarde très surpris et s’exclame : « Maman…! Mais comment t’as fais pour me trouver ??? »

Je lui réponds : » Je t’expliquerai à la maison. Voilà l’appareil photo. Amuses toi bien. A ce soir ». Je l’embrasse tendrement et reprends le chemin vers la sortie. Heureuse et fière d’avoir réussi…

10 minutes plus tard, lorsque je recroise la dame à l’entrée, elle me demande : « Alors, vous l’avez trouvé ? »

Je viens près d’elle :  » Oui…oui ! » Elle me regarde comme si j’étais une extra-terrestre : « Ah oui ??? Et bien vous alors ! J’étais sûre que vous n’y arriveriez pas ! »

Je lui souris en disant : « La différence, c’est que j’étais sûre d’y arriver ! »

Le soir, mon fils n’a pas arrêté de me questionner pour savoir comment j’avais fait pour le retrouver. Je lui ai expliqué en détail le processus que j’avais utilisé. Il m’écoutait attentivement jusqu’au moment où il m’a demandé : « Maman…tu crois que je peux apprendre à faire ça, moi aussi ? »

Je lui répondis : « Oui mon chéri, tu peux…Tout le monde peut communiquer avec son coeur… »